Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» Guide d'orientation
Sam 14 Jan - 14:22 par Sychriscar

» Les problématiques du commerce et de l’hébergement des animaux aquatiques
Sam 14 Jan - 11:34 par Sychriscar

» A propos du forum, par Sychriscar
Sam 14 Jan - 10:25 par Sychriscar

» L'équipe du forum
Sam 14 Jan - 10:20 par Sychriscar

» Les conseils donnés sur ce forum
Sam 14 Jan - 9:40 par Sychriscar

» Charte du forum
Sam 14 Jan - 9:02 par Sychriscar

» CHARTE DU FORUM
Jeu 1 Sep - 17:02 par Sychriscar

» Votre 1er sujet
Mer 10 Aoû - 23:35 par Sychriscar

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun

[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 8 le Mar 14 Mar - 23:29
Statistiques
Nous avons 1 membre enregistré
L'utilisateur enregistré le plus récent est Sychriscar

Nos membres ont posté un total de 8 messages dans 8 sujets

A propos du forum, par Sychriscar

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

A propos du forum, par Sychriscar

Message par Sychriscar le Sam 14 Jan - 10:25

L'administratrice - Sychriscar

Pourquoi avoir créé un forum ?
En 2007, j’étais une membre assidue de nombreuses communautés aquariophiles et animaux au sens large et je trouvais qu’il n’y avait pas d’espace de discussions adapté aux novices. J’ai donc créé en juin 2007 un forum aquariophile que je voulais plus abordable, plus patient et davantage respectueux des animaux. Je voulais proposer une plate-forme qui prendrait le temps d’expliquer, avec détails et sources informatives le pourquoi du comment. Pour moi, cela faisait partie d’une « mission » pour protéger/sauver les animaux.

En 2008, j’écrivais sur ce forum : « Il faut le dire, c’est énervant les personnes bornées qui ne comprennent pas ce qu’on leur explique ("mais non, mon scalaire mesure 5cm et il est heureux dans son 50 litres") or ces personnes là sont très nombreuses et les aider, c’est sauver énormément de poissons. Je parle d’aider ceux qui aimeraient bien faire mais qui ne comprennent pas, qui n’y croient pas. Difficile dans la société d’aujourd’hui avec les mentalités de faire comprendre à quelqu’un que le poisson rouge, si on lui laisse sa chance, vivra une bonne vingtaine d’années et mesurera au moins 30cm…»

Je souhaitais faire profiter de mon expérience pour aider les poissons. Et DEJA à l’époque, mon avis était considéré comme bien particulier. Que ce soit au niveau du respect de l’animal ou des volumes minimaux que je conseillais, c’était en général bien plus haut que sur les autres forums ou sites. Car pour moi, débuter en aquariophilie impliquait une marge pour éviter les déboires classiques.

Et finalement, je me suis heurtée à un mur. Oui certaines personnes évoluaient, oui des aquariums étaient améliorés et parfois des poissons voyaient leur environnement devenir un peu « mieux ». Mais pour combien d’animaux quand même maltraités, tués et en souffrance ?

Le mur, c’était ces questions qui restaient sans réponse. Comment faire pour que ça change ? Qui est responsable du problème ? Les animaleries (le commercial) et les médias qui diffusent des informations à côté de la plaque et font perdurer les idées reçues ? Ou les gens, qui ne prennent pas le temps de s’informer et choisissent et achètent les animaux selon leur envie du moment ?

Le problème, c’était déjà cette formulation. En orientant la réflexion de cette manière, on sous-entend quelque chose d’une importance capitale : que si la « bonne information » passait et était diffusée (soit par les animaleries/médias, soit par les gens qui s’informeraient judicieusement), alors cela serait mieux. Autrement dit, sous couvert de « bons traitements », placer des poissons en aquarium ne poserait aucun problème.

En 2014, j’ai croisé un mot que je ne connaissais pas, spécisme. Qu’est-ce que c’est ? Wiktionnaire nous dit que le spécisme est une « Discrimination basée sur l’espèce, qui fait de l'espèce en soi un critère pour déterminer la manière dont un être peut être traité.» Partant de là, on se rend compte assez rapidement que la définition et la considération des espèces est faite par une seule, l’humanité. C’est un fait, les espèces sont toutes différentes, il semble donc tout à fait logique de ne pas se comporter de la même manière selon l’espèce.

Parlons maintenant d’un autre mot, que j’ai découvert en parallèle, sentience. Selon Wikipédia, « la sentience désigne la capacité d'éprouver des choses subjectivement, d'avoir des expériences vécues. […] Un être sentient ressent la douleur, le plaisir, et diverses émotions ; ce qui lui arrive lui importe. Ce fait lui confère une perspective sur sa propre vie, des intérêts (à éviter la souffrance, à vivre une vie satisfaisante, etc.), [...] »

La sentience est aujourd’hui prouvée chez bon nombre d’espèces animales, l’humanité y compris. D’ailleurs cette dernière a toujours douté de la sentience de ce qui n’était pas un homme blanc, la sentience des femmes, des bébés et des individus de la majorité des autres espèces animales a été un jour nié mais aujourd’hui, les doutes sont levés. Les êtres sentients (incluant les poissons, les chats, les chiens, les humains, les crevettes, les escargots, les chevaux, les poules, les vaches, etc.), comme dit précédemment, éprouvent des expériences de façon subjective et donc réagissent à leur environnement. Ils peuvent ressentir des émotions telles que la peur, l’angoisse ou le contentement. Les émotions constituent des traits évolutifs qui servent à motiver un individu à éviter par exemple la douleur, à chercher le réconfort, à créer des liens sociaux avec d’autres individus ou à se protéger des dangers.

Les espèces sentientes se différencient des espèces non sentientes (champignons, bactéries, plantes, minéraux, etc. pour en savoir plus : http://fr.abolitionistapproach.com/2011/03/15/rien-a-voir-avec-de-la-science/). Un individu sentient possède une volonté, une personnalité et des intérêts qui lui sont propres.

En bref, la sentience est ce qui définit les individus. C’est la différence entre être quelqu’un ou quelque chose. Cela signifie qu’il y a quelqu’un dans un corps qui vit les choses. Les individus sentients terrestres ou aquatiques ne sont pas des êtres qui errent dans la nature sans but mais des entités conscientes ayant une vie organisée, complexe et qui compte pour eux.

Mais il y a injustice, une décision arbitraire et unilatérale. Si on prend deux êtres sentients qui peuvent, de façon similaire, ressentir des émotions, avoir des intérêts propres et que l'un est humain et l'autre non-humain, l'humain dispose automatiquement de droits pour protéger ses intérêts ainsi qu’un droit évident à la vie alors que le non-humain est automatiquement classé comme objet, étant automatiquement considéré comme une propriété pour l'humain. Il n’y a rien pourtant qui justifie de créer une hiérarchie entre les intérêts, les intérêts des humains ne sont pas plus importants que ceux des non-humains. Mais parce qu’ils ne sont pas de l’espèce humaine, leurs intérêts sont niés ou minimisés. Cette situation est un système, une oppression systémique.

Et il est là le problème. C’est de là que découle tout ce qu’on ressasse et déplore. Le problème ce n’est pas que les animaleries ne donnent pas les bonnes infos, le problème ce n’est pas que les médias montrent des poissons en bocaux. Ce qui est nécessaire et urgent ce n’est pas d’informer les gens à mieux traiter les poissons en leur conseillant un 200 litres plutôt qu’un 50 litres.

Le problème c’est de considérer normal de s’approprier une vie. Le problème c’est de considérer comme acquis, immuable et normal la considération actuelle que nous avons des animaux et le traitement que cela implique.

Le sort des animaux varie selon leur espèce mais on constate qu'ils dépendent toujours de ce que veulent en faire les humains, de leur valeur commerciale. Ils n'ont aucune existence propre et n'existent que pour les humains et selon leur valeur marchande. Pourtant, même si on met toute notre énergie à le nier, ils sont sentients, ils possèdent une existence et des intérêts propres et ressentent des émotions.

Comment est-ce possible de traiter de la sorte des être sentients ? Par la transformation d’une situation en oppression systémique. Toujours selon Wikipédia, l’oppression systémique ou « discrimination systémique, c'est d’abord la discrimination produite par le système (sous-entendu social), c'est-à-dire l'ensemble des discriminations qui relèvent de mécanismes systémiques de fonctionnement de la société. Ces discriminations sont produites par une majorité qui impose son pouvoir et ses privilèges sur les autres groupes grâce à des moyens politiques, économiques et institutionnels. C'est aussi l'oppression structurelle de ces autres groupes au travers des normes culturelles et de leur représentation dans les médias, qui tendent à les dénigrer [...] »

Autrement dit, une oppression systémique est un ensemble d’arrangements légaux, sociaux et politiques qui permet de maintenir un groupe d’individus sous la domination d’un autre groupe au profit des intérêts de ce dernier. Il y a domination, asservissement. On pourrait aussi souligner l’objectivation des individus dominés, leurs vies et préférences sont occultées.

Dans le cas des animaux la loi est claire : un animal non humain est considéré comme une propriété, comme un bien, comme un meuble. Et donc toutes les lois qui visent ou viseraient à protéger les animaux sont et seront inutiles tant que leur statut ne change pas. Car si un individu peut être la propriété d'un autre individu, alors ce seront toujours les intérêts du propriétaire qui l'emporteront.

Le statut de propriété est le pilier central de l'oppression des animaux. Mais ce n'est cependant pas l'unique chose à changer car même si un jour une loi promulgue l’égalité, cela ne fera pas disparaître automatiquement l'oppression si le système est bâtit dans l'autre sens.

Mais alors que faire ? La première chose incontournable est de s’informer et d’accepter de remettre en question tout ce que l’on a pu croire normal, acquis ou « naturel ». Si on souhaite agir pour les animaux, il faut se positionner clairement et immédiatement, par justice, contre leur oppression et les exploitations des individus qui en découlent, en n’y participant plus en devenant vegan.

Comment faire ?
Devenir vegan est une base morale importante, une première étape. Le véganisme c’est refuser l’exploitation animale en ne consommant plus ce qui en découle. Il ne s’agit pas d’une mode ou d’un style de vie, ce n’est pas non plus une question de choix personnel puisqu’il implique d’autres vies ; c’est un engagement et une lutte sociale revendiquant l’abolition de toute forme d’exploitation des êtres sentients non-humains. C’est un engagement politique et moral leur reconnaissant des droits fondamentaux comme celui de vivre, libres et de disposer d’eux-mêmes. Cette base morale soutient que leurs intérêts ne sont pas moins importants que notre plaisir.

Il s’agit ensuite d’informer autour de nous sur la considération des animaux et la lutte pour leurs droits fondamentaux. Également de porter le débat public pour informer au plus large.

Le forum que j’ai créé en 2007, BDEA, devient en 2017 Bienveillance, Dignité et Ethique pour les Animaux aquatiques et se positionne pour l’abolition de toute forme d’exploitation des animaux. Sa base de données se transforme et informe sur l’oppression des animaux non-humains et comment lutter contre. Il continue de proposer des informations sur les animaux et environnement aquatiques pour réfléchir et trouver des solutions pour aider les individus libres et les individus captifs.

Sychriscar
Admin

Messages : 8
Date d'inscription : 10/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur http://maperspective.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum